Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:57

 

Encore une fois, comme quoi l'adage selon lequel ce sont ceux qui parlent le plus qui en font le moins n'est peut-être pas infondé après tout.

 

Toujours est-il qu'avant-hier, la RTBF a diffusé une émission au nom évocateur de « Belgique, où vas-tu? », comprenant un débat entre représentants de divers partis politiques. Honnêtement, je ne l'ai pas regardée, parce que je n'avais pas le temps, ou peut-être pas l'envie. Peu importe car si cela signifie que je ne peux pas en commenter le contenu ce n'est de toute façon pas mon but ici. Non, je vais plutôt parler encore une fois du Parti Populaire, lequel n'était pas invité, mais qui n'en rate cependant pas une pour se mettre en avant.

 

Et justement, c'est au sujet de cette absence d'invitation que le PP, en la personne de son président, l'ouvre une fois de plus. En effet, ledit président, le trop célèbre Modrikamen, accuse, une fois n'est pas coutume, la RTBF de partialité, et parle même de violation du règlement d'ordre intérieur concernant les médias publics. Et oui, une fois de plus... « de plus » car j'avais déjà signalé que le parti avait pour coutume d'attaquer tout opposant, n'hésitant pas à porter des accusations graves, notamment à l'égard de la justice qualifiée quant à elle « d'instrumentalisée », rien que ça. Et dès lors que l'on ne leur accorde pas l'importance qu'ils s'imaginent avoir, c'est forcément qu'il y a complot contre eux, rhétorique habituelle pour un parti populiste. On n'est donc pas surpris à ce niveau.

 

Non, là où se situe la surprise, c'est plutôt concernant l'élément permettant au PP de justifier sa présence dans une telle émission, à savoir qu'il serait le pendant francophone de la N-VA. Pour mémoire, le parti N-VA (pour Nieuw Vlaamse Alliantie), n'est autre qu'un parti nationaliste flamand (malheureusement la première formation politique au nord du pays depuis les dernières élections) proche des milieux d'extrême-droite, et responsable en grande partie de la crise actuelle, en refusant toute forme de négociation équilibrée. Son président, Bart De Wever, est un dangereux démago, reconnu dans une bonne partie de l'Europe comme étant un manipulateur. Il est entre autre connu pour des déclarations révisionnistes, voire négationnistes, concernant l'histoire de la Belgique en particulier. Ce serait un coup bas de ma part de signaler que son père était un collabo, car Bart n'en est en rien responsable et ceci pouvant être un pur hasard, cependant sur ce dernier point je ne lui laisserais pas trop le bénéfice du doute.

 

Et c'est à cela que Modrikamen se compare? Je ne vois là qu'une seule explication: étourdi et ébloui par l'ascension fulgurante du premier parti flamand (créé en 2001 et d'importance quasi négligeable jusqu'en 2007), il s'imagine qu'en se prétendant son égal, le succès suivra. Il n'a sans doute pas remarqué un détail: Bart De Wever est un homme extrêmement intelligent, manipulateur hors-pair, bon en rhétorique et excellent comédien... là où Modrikamen et sa clique ne forment qu'une pâle caricature de parti sentant le populisme à 1 000 lieues. Ultime ironie: jusqu'à il y a peu, le parti prétendait remettre l'Etat belge au centre, renforcer son importance et créer presque de toute pièce un grand mouvement nationaliste belge unissant en son sein Flamands, Wallons et Bruxellois. Aujourd'hui, petit changement: le PP se déclare pour un modèle confédéral: autrement dit ce que veulent les nationalistes flamands à savoir un modèle dans lequel l'état fédéral est vidé de sa substance, allouant pratiquement toutes les compétences, depuis l'enseignement jusqu'à la politique sociale en passant par la justice, aux entités fédérées. Bref un système générant une concurrence énorme entre les régions (comme on le voit en Allemagne) assortie à un alourdissement bureaucratique là où l'on espère sur le papier des simplifications. En somme, un appauvrissement général pour l'ensemble des citoyens belges, largement à l'opposé de ce que prônait encore Modrikamen il y a quelques semaines à peine. L'important n'est pas ici la critique que je peux faire du confédéralisme, mais bien le total retournement de situation dans le discours du PP.

 

Du coté de la RTBF, on justifie l'absence d'invitation au PP par des choix éditoriaux. Il est clair que si l'on doit commencer à inviter le moindre parti insignifiant, on se retrouvera bientôt avec le Front National, la Ligue Communiste Révolutionnaire, le Parti du Travail de Belgique, le Rassemblement Wallonie-France, le Vivant,... et encore je ne parle là que des partis francophones minoritaires que je connais. On se doute bien qu'il est impossible de les représenter, ce d'autant plus qu'eux-mêmes ne représentent pour ainsi dire personne.

 

Bref, encore du vent et de la « grande gueule » de la part du PP. Ce qui est plus qu'intéressant de noter, c'est le discours encore une fois caricatural: attaque de la RTBF d'une part, et retournement de veste d'autre part faisant d'eux « le seul parti francophone proche de la N-VA ». J'en rigole encore, et j'ai l'impression qu'avec eux ce n'est pas fini!

Partager cet article

Repost 0
Published by sonata - dans Belgique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sonata
  • Sonata
  • : Tout simplement quelques pages pour présenter mes points de vues et opinions sur divers sujets, tant du domaine historique que politique à ma modeste échelle.
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories