Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 23:59

 

S'il est bien un sujet sensible et délicat, en dehors de la religion, c'est tout ce qui touche de près ou de loin à la qualification de génocide. L'enjeu est énorme: il s'agit de l'un des pires crimes possibles et imaginables, à savoir en pratique l'extermination partielle ou totale d'un groupe d'individus. Bien entendu, reconnaître ce fait implique surtout de reconnaître une responsabilité, en général celle d'un état ou d'une partie d'un état ce qui entraîne des conséquences variées et non négligeables pour ce dernier: actions de réparations vis-à-vis des victimes, de repentance, mais également de rétablissement d'une légitimité fort mise à mal: qui en effet peut reconnaître comme légitime un organisme ayant commis l'impardonnable? Personne.

 

Cette importance considérable fait que la qualification, ou non, d'un fait comme étant à caractère génocidaire est bien souvent une arme politique. Qu'il s'agisse d'opposants à un régime qui accusent celui-ci dans le but de le disqualifier de la scène internationale, ou au contraire d'un responsable niant cette évidence dans le but de préserver son statut, l'enjeu est potentiellement important. Rares sont les états reconnaissants être impliqué dans un processus génocidaire, et ce même lorsque les preuves sont formelles, et à l'inverse nombreux sont les activistes de tout bord voyant dans le moindre massacre un génocide. Même lorsqu'une responsabilité est établie, il persistera toujours des sceptiques ou des malhonnêtes qui nieront la réalité. Et il faut noter que cette négation est un crime dans pas mal de pays. Le simple fait d'admettre ces derniers points indique bien clairement l'importance que cela revêt, pour ceux qui en doutent.

 

Avant de creuser et d'aller plus loin, il faut d'abords préciser ce que l'on entend au juste par « génocide ». Tout le monde en a bien entendu une vague idée, mais de là à en donner une définition rigoureuse... Or, quand on est face à un enjeu pareil, il convient au minimum de savoir de quoi l'on parle. Un génocide est l'extermination voulue et programmée de tout ou partie d'un groupe d'individus défini selon des critères ethniques, religieux ou raciaux. Cela implique plusieurs conséquences: d'une part une notion de planification: il ne s'agit pas d'un massacre ponctuel surgissant plus ou moins au hasard comme on en trouve des milliers dans l'histoire, mais bien d'un fait voulu et prémédité. D'autre part, il y a une notion d'échelle. Ici on entre dans un critère subjectif: à partir de quelle taille peut-on parler dé génocide? C'est là-dessus que jouent certains négationnistes pour minimiser les faits. Enfin, dernier point important: l'extermination est un but, et non une conséquence. Ceci est très important, car bien souvent des groupes de pression se basent sur cette nuance pour faire passer tel ou tel épisode historique comme étant un génocide, sous prétexte qu'il a été couteux en vies humaines. Or, un génocide va plus loin: non seulement la mort est une conséquence, mais elle est également voulue et désirée dès le départ. Si l'exploitation honteuse de certaine peuplade a pu entraîner une baisse de la démographie parfois catastrophique, le génocide va une étape plus loin: la mort ne survient pas « au hasard » d'une surexploitation, mais est clairement voulue à la base.

 

En se basant là-dessus, quels sont les génocides avérés dans l'histoire moderne? Et bien il n'y en a pas beaucoup. Et encore, leur reconnaissance fait débat. Le premier est sans conteste le génocide arménien par la Turquie à la fin de la première guerre mondiale. Et l'on voit que déjà là, ça pose problème: la Turquie ne reconnaît pas le qualificatif de « génocide » pour cet acte qu'elle ne peut cependant nier. Sa stratégie est de minimiser l'ampleur des massacres: elle baisse les chiffres à 300 000 morts alors que la réalité est entre 1 000 000 et 1 500 000. Mais quand bien même on limiterait le chiffre à « seulement » 300 000 morts, le fait que ces hommes aient été tués volontairement selon un critère ethnique, et avec une préméditation certaine (certains massacres ayant eu lieu 20 ans avant le génocide proprement dit) suffit amplement. Malgré tout ce que le gouvernement turc actuel peut dire, il s'agit donc bien d'un génocide, au sens strict du terme, et reconnu comme tel par la communauté internationale. Il est à noter que les Arméniens n'ont pas été les seules victimes: les Grec du Pont et les Assyriens ont également été éliminés, à hauteur de 800 000 victimes environ s'ajoutant donc au million (et demi?) d'Arménien.

 

Le deuxième génocide lui est difficilement contestable sans tomber dans le ridicule, tant il est avéré et plus « proche » (au moins géographiquement) de nous. Il s'agit bien entendu de la Shoah, à laquelle viennent se greffer l'extermination des tziganes, et celle des handicapés mentaux trop souvent oubliés. Je ne vais pas trop m'étendre là-dessus, tout le monde connait, il s'agit sans hésiter de la plus méticuleuses des entreprises d'extermination de l'histoire, à coté de laquelle le prototype turc fait figure d'amateurisme. Une monstruosité sans nom, ayant mobilisé une part non négligeable des moyens d'un état industriel moderne, qui plus est européen « civilisé » et proche de nous. Les raisons de le nier sont simples: d'une part peut-être une certaine honte, pour ne pas dire une peur. Peur de nous-même pour la simple et bonne raison que nombre de nos ancêtres proches ont été mêlés à ça, parfois même complices. Peur aussi en face de l'incroyable banalité que revêtait à l'époque le fait de dénoncer un juif, que l'on savait par-là même condamner à une mort quasi-certaine. L'autre raison est surtout l'œuvre de groupes bassement antisémites, qui en niant le génocide font passer les juifs pour d'affreux sionistes justifiant leur politique en se basant sur une dette au moins morale que nous aurions à leur égard. Bien entendu, une telle accusation est honteuse, mais est malheureusement facilitée par les actions de certains extrémistes juifs qui ont effectivement tendance à en rajouter et à se victimiser à outrance, sachant que nous avons une certaine sensibilité à leur égard découlant de notre honte pour ce qui s'est passé il y a 70 ans. Quoi qu'il en soit, rien ne permet de justifier la négation du génocide. J'ai visité le fort de Breendonk, qui durant la guerre a vu transiter vers la mort plus de 3 000 personnes. Je mets au défis quiconque nie le génocide d'aller le visiter. On le faisant, on ne peut s'empêcher d'avoir une étrange sensation, comme si on percevait les morts qui se sont entassés là. Je vous assure que l'on en ressort marqué à vie, et je ne peux que conseiller sa visite à tout le monde. Je n'ose imaginer ce qu'il en est d'un camp comme Auchwitz, qui a vu mourir plus d'un million de personnes...

 

Le dernier génocide en date reconnu « officiellement » est bien entendu celui du Rwanda. Là, aucune contestation. Des trois cités, il s'agit du plus récent, et il a ceci de particulier qu'il n'a pas fait appel à une grosses infrastructures. C'est le seul qui s'intègre dans le cadre d'une véritable guerre civile. Il ne s'agit pas du massacre d'une minorité par une majorité de la population, mais bien de l'élévation d'une frange entière contre une autre. Si les guerres civiles sont de loin les plus horribles, avec son lot de massacres entre voisins ou gens d'une même famille, l'échelle, la rapidité et l'organisation de celle-ci, largement préméditée, permet de qualifier cela de génocide sans aucun doute. Un million de morts, en 8 semaines, soit le plus rapide, ce qui prouve sa redoutable efficacité et son organisation. Paradoxalement, il a été mis en œuvre dans un pays très ruralisé, sans avoir recours à un système concentrationnaire comme dans les deux autres. Il s'est agit ici de véritables colonnes de la mort.

 

Voilà pour les trois génocides reconnus sans appel. D'autres évènements sont dits « à caractère génocidaire », et d'autres encore qualifiés entièrement à tort de génocide. J'y reviendrai prochainement, point par point.

Partager cet article

Repost 0
Published by sonata - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sonata
  • Sonata
  • : Tout simplement quelques pages pour présenter mes points de vues et opinions sur divers sujets, tant du domaine historique que politique à ma modeste échelle.
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories