Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 14:38

 

Il n'y a pas que de pauvres travailleurs misérablement exploités qui partent en grève. Pour preuve, ce week-end, la dure grève des contrôleurs aériens en Espagne. J'ai été sidéré d'apprendre que la loi martiale, mesure extrême s'il en est, a été décrétée à leur égard. Sur le coup, ces travailleurs se sont attirés ma sympathie. C'était avant d'apprendre leurs conditions de travail, qui m'ont encore plus sidéré, mais dans l'autre sens.

 

Car elles ne sont pas mauvaises ces conditions. Elles figurent même parmi les plus avantageuses que l'on puisse trouver en Espagne, pour ne pas dire en Europe. D'après cet article de la RTBF, le salaire moyen des contrôleurs espagnols s'élèvent, tenez-vous bien, à environ 200 000€ par an. Oui, vous avez bien lu, et non, il n'y a pas un zéro en trop. Ajoutez à cela une pré-retraite à 52 ans, et vous trouverez peut-être justifié le titre de l'article « L'Espagne choquée par les contrôleurs aériens ». Ouais, ben j'ajouterai qu'il n'y a pas que l'Espagne à être choquée pour le coup.

 

D'accord, les contrôleurs aériens sont importants et ont de lourdes responsabilités (mais ils ne sont pas les seuls). D'accord, ce n'est certainement pas un métier facile, et cela demande quelques compétences non négligeables comme une parfaite maîtrise de l'anglais. D'accord, les horaires ne sont pas toujours faciles (mais là encore ils ne sont pas les seuls), ce qui explique par ailleurs le montant astronomique des salaires dû en grande partie à la prestation des heures supplémentaires. Mais il ne faut pas pousser non plus!

 

Quelques chiffres: à titre de comparaison, le salaire espagnol moyen s'élève à 20 000€ par an (je crois me souvenir qu'en Belgique il est de 31 000€). On pourrait s'attendre à ce que le salaire public le mieux payé corresponde à la fonction la plus élevée, à savoir celle de chef du gouvernement. Et bien non! Luis Zapatero ne gagne que 78 000€ par an (par comparaison, Obama en est à 400 000). Leurs collègues européens touchent beaucoup moins. Ainsi en France le salaire brut à l'embauche est de 1300€ par mois, soit 17 000 par an en considérant un treizième mois. Au bout de 10 ans, le salaire brut passe à 3 600€ par an, soit 47 000 annuel, ce qui n'est pas mal avouons-le.. A cela, il faut ajouter les heures supplémentaires, mais même là on est loin du compte. Surtout qu'à salaire équivalent, le pouvoir d'achat est bien supérieur en Espagne qu'en France. En pratique, toute prime comprise, on peut considérer que le salaire réellement perçu est double (pareil en Allemagne, en Angleterre ou au Danemark).

 

Et malgré cela, on râle. Moi qui croyait que les Français étaient les plus grands râleurs du monde, j'admets que pour une fois les voilà battus, et de manière assez indécente! Mais pourquoi râlent-ils au juste ces malheureux? Et bien parce que leur salaire moyen a diminué. Petite précision: les 200 000€ correspondent à ce salaire après diminution. Ben oui, avant il s'élevait à 334 000€. Moi aussi, pour une telle diminution j'aurais sans doute râlé. 130 000€ de différence, ça doit correspondre à peu de chose près à une modeste résidence secondaire. Où deux BMW série 5 avec pas mal d'options. A l'échelle des 2 300 contrôleurs du pays, l'économie s'élève à 300 000 000, soit 4 fois le montant réclamé en Belgique pour rénover les services de pompiers. Il est à noter que les salaires des fonctionnaires espagnols ont été diminués de 5% cette année, de même que celui de Luis Zapetero, diminué lui de 15%. Maintenant, prenons un salaire moyen de 20 000€, diminué de 5%. L'économie réalisée avec la baisse de salaire des contrôleurs correspond à celle réalisée sur 600 000 salaires moyens diminués de 5% chacun. Amusant non? Et pour cela, les contrôleurs font grève.

 

Inutile de dire que la presse espagnole, qu'elle soit de droite, de centre ou de gauche, condamne unanimement cette grève sauvage, qui a de plus eut lieu lors du plus long week-end de l'année en Espagne. Et inutile de dire que, se faisant, les contrôleurs ont perdu la bataille de l'opinion publique, déjà bien secouée par le scandale lié à la découverte de salaires aussi faramineux et de conditions aussi idylliques, pour ne pas dire honteuse.

 

Comme quoi, les grévistes ne sont pas toujours de pauvres prolétaires exploités par de méchants capitalistes. Loin s'en faut!

Partager cet article

Repost 0
Published by sonata - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Alexandre 07/12/2010 21:58



Exactement! Tous vos chiffres proviennent de ce que publie le Gouvernement espagnol et la presse controlée par le gouvernement, et toutes vos opinions concernent seulement ce que dit ce
gouvernement.


Avez-vous pour un seul instant essayé de vous renseigner sur ce que les controleurs défendent? Pas un seul mot sur ce qu'ils défendent et ce qui les a pousser à une telle grève. Parce que si vous
auriez fait ça peut-être auriez vous découvert que ce n'était pas du tout du salaire dont ils se plaignent mais de leurs conditions de travail. Trouvez-vous normal qu'on puisse obliger un
travailleur à travailler pendant ses jours libres (et oui, on les obligent à se présenter à leur poste si on l'estime nécessaire, pas d'heures extra, non, OBLIGATION à cause de l'intérêt
national' comme aime tant dire le ministre de transport? Qu'on puisse leur éliminer ses vacances (l'intérêt national encore)? Que ce travailleur doive récupérer les jours pendant lesquels il a
été malade, ou ses congés de paternité ou maternité? Parce qu'il s'agit bien de ça. Des 1200 heures de travail que font les français par exemple, les espagnols en font 1800, MAIS 1800 effectives
assis au poste, les congés maladie, les heures de formation, etc. ne sont pas comprises.


C'est de cela dont il s'agit, et non des 200 000 euros qui ont plus sont faux. Facile, il n'y a qu'à croire ce que dit le gouvernement. Vraiment étonnant qu'un esprit aussi critique que le vôtre
croit parole sur parole ce que dit tout ce gouvernement.



sonata 07/12/2010 22:35



Ils ne se plaignent pas de leurs conditions de travail actuelles mais de la décision récente de l'organisme qui les emploie (AENA) de ne plus dépasser le nombre d'heures supplémentaires autorisé
par la loi, à savoir 80 heures supplémentaires annuelles, ce qui mettrait fin à leurs salaires mirobolants. En pratique, ils en effectuent actuellement en moyenne 500. La brutale application de
cette directive la semaine dernière a fait que les travailleurs ayant déjà dépassé ce quotat ont dû cesser le travail immédiatement. Mais contrairement à ce que vous laissez sous-entendre, ces
heures sont rémunérées au double du tarif normal, ce qui arrange bien les employés dont il est question. Ce qui les dérange, ce n'est pas de travailler trop, mais justement de ne plus pouvoir le
faire, et donc de devoir abandonner au bas mot la moitié de leur salaire.


Ces chiffres que vous prétendez émaner du gouvernement espagnol n'ont jamais été contestés par les travailleurs eux-mêmes, et sont repris par tous, qu'il s'agisse de médias, publics ou privés,
espagnols ou non, et d'organismes tout à fait officiels n'ayant rien à voir avec le gouvernement espagnol comme par exemple ce rapport du sénat français datant de 2002 et repris récemment. Alors à moins de prétendre qu'il s'agit là d'un vaste complot
multi-national s'étalant au bas mot depuis 10 ans et visant à dénigrer les contrôleurs dont il est question, vous aurez du mal à continuer. Vous pouvez tout aussi bien dire que tous les journaux
sont contrôlés par le gouvernement (vu que TOUS relaient le message), je vous répondrai que là on tombe dans une paranoïa limite caricaturale.


Bizarrement je ne vois aucune source, aucun article pour appuyer ce que vous avancez.


Non, je ne crois pas tout ce que dit un gouvernement. Mais à partir du moment où d'une part ces chiffres ne datent pas d'hier, et d'autres part ils sont confirmés par des organismes n'ayant rien
à voir avec ledit gouvernement (et nullement contestés par les travailleurs dont il est question), je ne vois aucune raison d'en douter.



Alexandre 07/12/2010 20:31



Il faudrait s'informer un peu mieux avant d'écrire de pareilles conneries! Non, mais franchement, quiqonque peut écrire n'importe quoi aujourd'hui, s'inventer des chiffres et dilapider un
collectif sans aucune responsabilité.


Monsieur, je vous en prie, si vous avez encore une dignité, renseignez-vous beaucoup mieux avant d'écrire vos conneries, et récrivez votre article.



sonata 07/12/2010 21:17



Donc si je vous suis bien, vous accusez l'ensemble de la presse espagnole de dire des conneries, y compris celle de gauche. Parce qu'au cas où vous n'auriez pas remarqué, l'indignation en Espagne
touche toutes les orientations politiques, y compris celles défendant  traditionnellement les travailleurs.


Tous les chiffres concernant les salaires cités sur mon blog proviennent de cet article de la RTBF.
Ils sont confirmés notamment chez TF1, ou sur
un blog du Monde. Si vous comprenez un peu l'espagnol, voir
ici ou encore ici.


Si vous voulez des confirmations des chiffres des salaires, voyez en France, ou dans divers pays d'Europe. Autre confirmation concernant la France, à noter que les primes ne sont pas comprises (elles peuvent facilement doubler
le salaire, ce qui donnerait au bout de dix ans de carrière 7000€ mensuels. On dit même qu'elles vont jusqu'à représenter 70% du salaire, ce qui donnerait 12 000€ par mois). Ici, on donne le chiffre de 2400€ en début de carrière, ce qui est supérieur à ce que donnent les
autres sources (toujours pour la France). Un article de l'Express datant de février donne également les chiffres suivants pour divers pays en Europe: France 104 000€/an, Benelus et Allemagne 184 000€/an, et Espagne
330 000€/an.


Alors quoi, vous allez me dire que ces chiffres sont farfelus, inventés et que les contrôleurs aériens sont de pauvres travailleurs ne gagnant qu'une bouchée de pain?



Présentation

  • : Sonata
  • Sonata
  • : Tout simplement quelques pages pour présenter mes points de vues et opinions sur divers sujets, tant du domaine historique que politique à ma modeste échelle.
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories