Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 20:29

 

Il y a environ un an paraissait sur la scène politique belge un nouveau parti, le Parti Populaire. Une année plus tard et après l'épreuve du feu électorale, l'heure est venue de dresser un premier bilan. J'aime autant le dire tout de suite, il est critique, et il y a largement de quoi.

 

Ce parti lors de sa création a directement annoncé la couleur: il s'agissait, selon ses propres dires, d'un parti de « droite décomplexée ». S'en prenant violemment au parti de droite traditionnel, le Mouvement Réformateur, le PP l'accuse de ne plus être de droite, c'est à dire selon leurs critères de classification de ne pas être assez nationaliste pour être placé à droite. Oui, vous avez bien lu. Car le parti populaire entend faire fis des différences culturelles et communautaires existant entre les différentes régions de Belgique, pour unir tout le monde sous la barrière d'un nationalisme fédéral loin de faire l'unanimité, comme le prouve encore l'actuelle crise politique sévissant en Belgique. Et le PP n'hésite pas à aller plus loin: selon eux, ces problèmes sont dûs justement à l'absence de nationalisme. Le fait qu'une nation ne se construit pas comme ça du jour au lendemain, mais nécessite toute une histoire sur laquelle s'appuyer semble leur échapper totalement... On l'aura compris, on est là en pleine simplification d'un phénomène extraordinairement complexe. Ceci dit, le parti ne s'arrête pas à ce genre de « détail » vu les autres raccourcis qu'il s'autorise.

 

En effet, parmi sa rhétorique, on retrouve les bonnes vieilles habitudes des partis classés fort à droite (doux euphémisme, quand tu nous tiens...): à savoir que l'origine des problèmes sociaux cette fois est à lier à l'immigration. Certes, l'un ne va pas sans l'autre, mais il faut être extrêmement prudent lorsque l'on se lance sur ce terrain; là encore une question très complexe qui ne se règle pas du jour au lendemain. Savoir si les problèmes liés à l'immigration sont dus à la société qui n'intègre pas les nouveaux arrivants ou s'ils sont dus à l'absence totale d'effort de la part de ces derniers est déjà en soit une interrogation à part entière qui se règle au cas par cas. Pas de ça chez le PP: on classe tout le monde dans le même paquet et on généralise bien. Et tant qu'on y est, les chômeurs aussi tiens, pour faire joli. Bizarrement, le PP n'invente rien au niveau de sa rhétorique de ce coté, ça s'est déjà vu. Vous ne trouvez pas?

 

Et l'on ne s'arrête pas là. L'un des deux co-fondateurs du PP, Mischaël Modrikamen, est apparu sur le devant de la scène lors de l'affaire Fortis, en tant qu'avocat des petits actionnaires lésés lors de la revente de la banque par l'état belge à BNP Paribas. A ce moment déjà, il a fait figure de réactionnaire critiquant tout ce qui touchait de près ou de loin aux institutions belges, ce qui d'ailleurs a attiré l'attention sur lui, lui permettant dans la foulée de fonder son parti aidé par Rudy Aernoudt. Bien entendu, une fois son parti créé, il a continué dans la même voie. Ainsi, lorsqu'il a été inculpé pour blanchiment d'argent, il a invoqué pour se déculpabiliser une soit-disant pression venue d'en haut et exercée sur la justice pour disqualifier un homme qui, selon lui, dérangeait (à savoir lui-même). Bémol: l'enquête le concernant a débuté il y a trois ans, alors qu'il n'était encore qu'un obscur avocat totalement inconnu. En attendant, il n'hésite pas à remettre en question l'intégrité du pouvoir judiciaire qui, toujours selon lui, est instrumentalisé. Et tant qu'à faire, il dénonce l'attitude jugée « partisane » de la RTBF, sous prétexte qu'elle ne lui a accordé que peu d'importance lors de la dernière campagne électorale, histoire de se victimiser encore plus (le fait que son parti n'a aucune importance quantitative semble lui échapper). Vous saisissez l'astuce? On a là un homme qui entend « dénoncer » les problèmes du monde politique belge (ainsi que judiciaire, sociaux, etc etc) en les simplifiant à outrance, et lorsqu'il se plante totalement il en jette la pierre à d'autres, refusant d'assumer ses échecs et ceux de son parti, qui ne peuvent être que l'œuvre de forces extérieures fomentant un complot à son égard. Moi je dis, une fois n'est pas coutume, que ce parti populaire est surtout populiste. Notez bien que je suis loin d'être le seul à le dire; pratiquement tous les organes de presse un minimum sensé le qualifient en tant que tel.

 

Lors des dernières élections, ils ont cependant réussi à obtenir un poste à la chambre. L'élu, Laurent Louis, n'a pas tardé à faire parler de lui en tenant cet été des propos jugés racistes sur son profil facebook, où il a dit textuellement au sujet des Roms: « ces gens occupent des terrains illégalement, ne travaillent pas, n'ont aucune ressource financière et on voudrait nous faire croire qu'ils vivent d'amour et d'eau fraiche... Il est évident qu'ils doivent voler ou faire des trafics pour subsister. ». On l'aura compris, le ton est donné et ne fait que confirmer les idées pour le moins simplistes et généralistes de ce parti. Officiellement suite à ça, Rudy Aernoudt, l'autre fondateur, a quitté le parti, suivi par une bonne partie de ses rares membres, pour fonder une branche dissidente excommuniant immédiatement l'autre branche restée fidèle à Modrikamen. Rien ne nous aura été épargné, pas même les intrigues byzantines! Rajoutons aussi qu'Aernoudt s'est empressé de lancer des accusations à l'encontre de son ex-comparse, affirmant qu'il serait impliqué dans des pratiques financières douteuses et autres manipulations. Il est intéressant de savoir qu'Aernoudt avait fondé un parti Lidé (soit libéral démocrate) l'année précédente, puis l'avais quitté. A noter également qu'il avait brièvement fait partie de la liste Dedecker, un parti ultra-nationaliste flamand jugé populiste par les médias et les analystes du monde politique belge; une fine équipe donc!

 

Dernier point: le traitement du PP par wikipédia. Et bien s'est assez intéressant. Les articles concernant le PP, Modrikamen ou dans une moindre mesure depuis son exclusion Aernoudt sont particulièrement élogieux. Fut un temps où l'article sur le PP se résumait à présenter son programme électoral, ou plutôt le programme du PP vu par le PP et présenté par le PP, autrement dit un pamphlet hagiographique digne des meilleurs écrits de propagande. S'ajoutent bien entendu comme sources divers blogs (vu qu'aucune publication sérieuse ne cautionne le parti). Quant à Modrikamen, il est présenté comme étant au choix un avocat ayant « gagné nombre de procédures majeures qui ont marqué l’histoire économique récente de la Belgique », le « Sarkozy belge » (dont il n'a en commun que la grande gueule) et « est un conférencier recherché auprès d’associations belges et internationales », rien que ça. On se demande bien quelles affaires il a pu gagner, et quelles associations l'ont recherché pour autre chose que nous présenter le prototype même, pour ne pas dire la caricature du populiste, tant les traits semblent grossis chez lui.

 

Triste sire, triste parti. Heureusement pas aussi « dérangeant » que ce qu'ils prétendent, vu leur très faible impact. Ceci dit, c'est toujours intéressant à regarder, car ce n'est pas tous les jours que l'on observe au grand jour un exemple aussi cliché de populisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by sonata - dans Belgique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sonata
  • Sonata
  • : Tout simplement quelques pages pour présenter mes points de vues et opinions sur divers sujets, tant du domaine historique que politique à ma modeste échelle.
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories